Field Recording : l’usage sonore du monde

“Le field recording, ou enregistrement de terrain, est une pratique apparue logiquement à la fin du XIXe siècle avec l’invention de systèmes d’enregistrement de plus en plus portables.
Peu à peu, le studio perd de sa fatalité et l’homme peut partir par les chemins pour capter quantité de musiques et de sons.

Les premiers à se lancer sont les ethnomusicologues et les audio-naturalistes.
Les uns sont en quête des musiques de divers peuples de la terre, vivant souvent loin des grandes villes et de leurs facilités logistiques. Les autres souhaitent quant à eux conserver la trace des sons de la nature. Le chant de l’oiseau-lyre d’Australie, les vents de Patagonie, les flûtes sacrées Aré’aré des Îles Salomon, les vibrations des bâtiments de nos villes ou les louanges exaltées des pêcheurs de perles de Bahreïn ne sont que quelques exemples des innombrables sons et musiques abordés dans cet ouvrage consacré à la pratique du field recording, de l’enregistrement de terrain.

Tout au long du XXe siècle, des hommes ont parcouru le monde afin de capter des curiosités sonores pour des raisons scientifiques, patrimoniales et esthétiques. Ce sont des audio-naturalistes, des collecteurs de musique traditionnelle, mais aussi des compositeurs avides de découvrir un nouveau matériau musical.
Les microphones sont leurs outils, voire leurs instruments, l’écoute est leur méthode d’approche. En sortant du studio, ils prennent le risque de se confronter à l’imprévisible, à l’incontrôlable, au fragile parfois.
Ils se nomment Alan Lomax, Chris Watson ou encore Luc Ferrari.

Cent disques rendent ici compte de leur quête, toujours en cours, du « chant du monde ». Une riche introduction et trois interviews de figures majeures du field recording (Jean C. Roché, Bernard Lortat-Jacob et Peter Cusack) complètent cette anthologie.”
Alexandre Garland – Field recording. L’usage sonore du monde en 100 albums (Le Mot et le Reste, 2012).

Retrouvez une discographie sur le field recording construite autour du livre d’Alexandre Garland, sur notre catalogue et à la discothèque de la Maison du livre, de l’image et du son.