3 BD entre musique, mots et mets

Concerto pour main gauche – Yann Damezin – La Boîte à Bulles, 2019

Première BD de Yann Damezin, Concerto pour main gauche est une biographie imaginaire du pianiste autrichien Paul Wittgenstein. Blessé durant la première guerre, Paul est amputé du bras droit. Dépassant son handicap grâce à la musique, le musicien mènera une carrière mondiale. Nous avons là une œuvre onirique puissante portée par un dessin en noir et blanc stylisé fascinant. L’écriture littéraire et poétique est sublimée par le bestiaire fantastique hypnotisant de l’auteur qui traduit les tourments du pianiste. Yann Damezin laisse parler la musique de ses pinceaux et c’est remarquable. Osmose et alchimie parfaite entre le texte et le dessin.

Tulipe – Sophie Guerrive, éditions 2024 – 2016

Tulipe l’Ours, ses amis Violette l’Oiseau, Crocus le Serpent composent un univers animalier qui entre en résonnance avec le nôtre. Chaque personnage a ses fragilités et sa manière d’être au monde. Tulipe est un être placide dont la principale activité est de rester adossé à l’Arbre. Mais ne vous y trompez pas, Tulipe a souvent une réponse pour ses amis qui se questionnent sur le tragique de l’existence, l’amitié ou la solidarité.

Avec Tulipe, nous entrons dans un monde faussement léger qui nous renvoie aux questions essentielles de notre condition humaine. « Et si j’étais malheureux sans le savoir ? »

La douceur du dessin et des couleurs est au service d’un univers réconfortant qui nous console et dans lequel on a plaisir à rester et à revenir. Une BD délicate et sensible où l’auteure a su créer une connivence avec des personnages attachants qui nous invitent à réfléchir de manière subtile.

La cantine de minuit Yaro Abe – Le Lézard Noir- 2017… (8 tomes, en cours)

La cantine de minuit, c’est une petite gargote au fond d’une ruelle d’un quartier de Tokyo, ouverte de minuit à l’aube. Il n’y a qu’un seul menu mais le patron vous sert ce que vous voulez, à condition d’avoir les ingrédients. Les noctambules qui viennent là savent qu’ils y trouveront le réconfort nécessaire pour affronter les aléas de la vie. Des amitiés et des amours naissent sous le regard bienveillant du patron, facilités par le goût des mets délicieux préparés et servis avec tendresse. Parfois une larme coule en goutant un plat qui rappelle une saveur d’enfance. Partage, émotion, évasion et humanité sont les ingrédients simples et magiques de cette série, dont on prend plaisir à retrouver les habitués au fil des tomes. Le dessin sobre et épuré contribue à l’ambiance addictive.

La cantine de minuit est un manga addictif, dont la fascination tient aussi à la personnalité du patron : taiseux, il parle peu, mais sait prodiguer les bons conseils. Et, surtout, c’est par son art culinaire qu’il apporte le réconfort nécessaire.

La cantine de minuit c’est un peu de l’ultra moderne solitude à la sauce soja…

Voir aussi

Fête du livre jeunesse de villeurbanne - logo

Monter un projet scolaire autour de la Fête du Livre Jeunesse

GRANDIR ! à Villeurbanne pendant la 23e Fête du livre jeunesse, du jeudi 31 mars au dimanche 3 avril 2022