Entre étrange et merveilleux, définition et petite histoire de la littérature fantastique classique !

Selon le théoricien de la littérature Tzvetan Todorov, auteur de l’Introduction à la littérature fantastique (1970), le fantastique se définit comme étant entre l’étrange, c’est-à-dire un réel dont on pousse les limites à bout, et le merveilleux, où les éléments surnaturels sont considérés comme normaux. Le fantastique est cet entre-deux, ce moment où l’esprit hésite encore entre une explication rationnelle et irrationnelle. Il ajoute comme condition dernière à l’apparition du fantastique un univers ou un contexte réaliste : il faut que le décor soit perçu comme naturel pour pouvoir y introduire les marques du surnaturel, et donc l’hésitation qui mène au fantastique.

Le fantastique en littérature ne doit donc être confondu ni avec le merveilleux (où le surnaturel est posé et accepté d’emblée, comme dans les œuvres de  J. R. R. Tolkien), ni avec la science-fiction (qui est rationnelle).

La littérature fantastique proprement dite nait en Allemagne au début du XIXe siècle, avec, notamment, Ernst Theodor Amadeus Hoffmann qui a eu une influence universelle et pratiquement continue sur le genre. Ses contes forment un véritable répertoire du fantastique, décliné par la suite par d’autres auteurs et dans d’autres arts.

N’hésitez pas à vous connecter à votre compte sur notre catalogue pour découvrir sur le site de La Philharmonie de Paris  une page sur Le romantisme et le fantastique avec des extraits d’opéras.

Dès les années 1830, le genre fantastique prend son essor en France. Grand admirateur de Hoffmann, Théophile Gautier est un auteur incontournable de la littérature fantastique. Il est l’auteur de quelques chefs-d’œuvre, tels La Cafetière (1831) et La Morte amoureuse (1836). Prosper Mérimée a écrit lui l’une des plus célèbres nouvelles du genre : La Vénus d’Ille (1837). Guy de Maupassant, à l’évidence l’un des plus grands auteurs du genre, est l’auteur du grand classique, Le Horla (1887).

Du côté américain, au XIXe siècle, Edgar Allan Poe est alors le maitre de l’imagination et de l’horreur macabre, mais aussi celui de la nouvelle. La Chute de la maison Usher (1839) est considérée comme l’une des nouvelles les plus célèbres de l’auteur.

Toujours sur le site de La Philharmonie de Paris accessible depuis votre compte sur notre catalogue, découvrez un concert vidéo avec le film du réalisateur Jean Epstein, La chute de la maison Usher (1928), adapté de la nouvelle éponyme.

Tout en s’inspirant de cette tradition, Howard Phillips Lovecraft au début du XXe siècle lui donne un tour particulier, plus proche de l’horreur. Lovecraft inspirera de nombreux auteurs au XXe siècle, notamment Stephen King et Neil Gaiman.

Sur France culture découvrez une sélection de nouvelles d’écrivains américains à écouter pour frémir !, ainsi qu’un entretien avec Neil Gaiman, écrivain de la nouvelle vague du fantastique anglo-saxon, intitulé Les saveurs de l’abime : à la redécouverte du roman gothique anglais, précurseur du roman fantastique.

C’est Alexandre Pouchkine au XIXe siècle qui introduisit le genre fantastique en Russie avec la célèbre nouvelle la Dame de pique (1834). À partir de cette date, le fantastique devint un genre de prédilection de la littérature russe, trouvant ses thèmes dans les contes et légendes populaires. Encouragé par Pouchkine, Nicolas Gogol publie des contes fantastiques dont les plus célèbres sont Le Nez et le Journal d’un fou, publiées dans le recueil des Nouvelles de Pétersbourg.

Le développement d’une littérature fantastique particulière en Belgique au XXe siècle est une chose curieuse mais indiscutable. Jean Ray est certainement le plus connu de tous ces écrivains belges. Il est l’auteur d’un fantastique débridé dont la plus grande réussite est Malpertuis (1943).

Retrouvez sur notre catalogue les classiques de la littérature fantastique à télécharger, ainsi qu’une sélection de titres à emprunter dans nos rayons !

Voir aussi

Insupportables portables

Du 12 octobre au 13 novembre, une exposition pour résoudre les conflits autour du smartphone, en famille !