Entrez dans la danse !

Une étrange épidémie a eu lieu dernièrement Et s’est répandue dans Strasbourg De telle sorte que, dans leur folie, beaucoup se mirent à danser Et ne cessèrent jour et nuit, pendant deux mois Sans interruption, Jusqu’à tomber inconscients. Beaucoup sont morts.

Ainsi est présentée dans une chronique alsacienne de 1519 un étonnant fait divers auquel Jean Teulé s’est attaqué avec sa plume aiguisée dans son nouvel opus Entrez dans la danse. Car tant qu’il y aura des hommes… Il y aura des danses !

À Lyon, nous ne pouvons faire l’impasse sur la Biennale de la DanseCréée en 1984 par Guy Darmet, au fil des années et des thématiques (historiques puis géographiques), elle a su mettre la danse sur le devant de la scène au point de faire de ce festival le plus important d’Europe. Elle a aussi mis en lumière des talents émergents tels que Mourad Merzouki, aujourd’hui directeur du centre chorégraphique Pôle Pik, créé en 2009. Dans le numéro 44 des Rues de Lyon, l’illustratrice Juliette Laude montre en quelques pages à quel point la danse appartient à tout le monde, tout le monde peut danser [ce qui est] le véritable message de la biennale.

La Maison de la Danse (Lyon) propose, en partenariat avec le Centre national de la danse, une plateforme présentée comme la première vidéothèque internationale de danse en ligne : Numeridanse.tv. Un panorama de la danse à travers des vidéos, documentaires, fictions, des interviews,…, le tout en accès libre. Du butô à la danse classique, indienne, africaine ou autre flamenco… Tous les genres, époques et style sont représentés dans ce fonds vidéo unique. Et cela, sans sortir de chez soi !

Au chaud dans vos chaussons, profitez aussi des ressources numériques des médiathèques. Vous pourrez ainsi vous replonger avec délice dans Dirty Dancing qui est, bien sûr, LE film de danse de référence. L’histoire est classique : il y a la jeune fille de bonne famille des années 1960, le bad boy, un village de vacances bon chic bon genre et une famille qui s’oppose à leur rapprochement. La B.O. (Bande Originale) et les chorégraphies adéquates font le reste. Résumé en une phrase culte : “On laisse pas bébé dans un coin !
Zoom aussi sur les années flashy avec Flashdance qui, pour le coup, est plutôt resté en mémoire pour sa B.O. que pour le scénario. Il vous rappellera vos plus belles pièces en lycra fluo…

Pour ceux qui ont envie de mettre un peu de sens et de profondeur à leur visionnage, Billy Elliot saura réconcilier les amateurs de danse et des films de Stephen Daldry. Un ado, dans une famille de miniers de père en fils et amateurs de ring, va se battre pour réaliser son rêve de danseur étoile. Pas évident de troquer les gants de boxe contre des chaussons dans une famille en proie aux aléas des villes minières anglaises. Plus récemment, Black Swan évolue dans le monde impitoyable du New York City Ballet, de la rivalité des danseuses pour le poste clé et du chorégraphe un brin ambigu. Les passionné(e)s de danse se laisseront envoûter, les autres feront autre chose et n’auront pas perdu leur temps pour autant.

Pour aller plus loin :

Voir aussi

Quand le portable s’insère dans le roman

Sélection de romans en écho à l'exposition Insupportables portables visible à la médiathèque du Tonkin du 12 octobre au 13 novembre 2021.