Rester solidaire depuis chez soi ? Retour sur le café numérique #2

café numérique #2Les écrans semblent diviser, mais derrière eux se cachent de nombreuses manière de communiquer et rester en lien. Internet offre des outils pour réunir, même lorsque cela est physiquement impossible. Le numérique a plus que jamais prouvé son utilité en ces périodes de confinement.
Le café numérique de novembre, organisé en ligne, a permis aux participants de faire un (petit) état des lieux des plateformes, sites, groupes et applications permettant de s’entraider à distance.

Alors, quelles options pour agir de chez soi ?

Se mobiliser via des plateformes en ligne

Internet permet de faire se rencontrer des volontaires et des besoins concrets existants : des plateformes recensent les besoins des associations pour du bénévolat, sur place ou depuis chez soi, comme Diffuz, la Réserve civique ou plus localement Tous Unis Tous Solidaires. Plusieurs dispositifs solidaires se sont aussi mis en place durant le premier confinement pour mettre en lien des personnes pour de l’échange gratuit de service, comme du soutien scolaire ou encore de l’aide aux personnes éloignées du numérique. Des applications sont aussi fréquemment développées pour répondre à des besoins, comme Sauv Life, qui permet de localiser des personnes aptes à prodiguer des premiers secours autour de soi en cas d’urgence.

Partager des ressources en ligne

Internet est la plateforme de partage par excellence, on y accède à tout ce qui est possible et imaginable. Cette culture du libre est exacerbée en temps de crise : le premier confinement a montré l’intérêt porté aux solutions logicielles gratuites, participatives et non-lucratives qui peuplent le web. Les outils de travail Framasoft ont été très sollicitées au printemps dernier et l’agenda du libre bien abreuvé.  Le prochain café numérique se tiendra d’ailleurs sur les possibilités offertes par le libre!

 Des groupes de solidarité se forment sur les réseaux sociaux, des pétitions circulent, des appels à contribution, des cours gratuits sont donnés, des textes échangés… Rien de mieux pour partager ses idées et documents, les faire valoir et en découvrir de nouveaux qu’au travers du world wide web !

Cartographier et contribuer

L’association CartONG a présenté ses missions lors de ce café numérique : réunir des volontaires pour cartographier à distance. À titre d’exemple, les participants ont pu ajouter des éléments à la carte d’un camp de réfugiés afin de rendre le travail des associations arrivant sur place plus efficace : trouver les bâtiments importants ou les points d’eau par exemple.

L’association est à retrouver les lundis pour leurs mapathons : des sessions de cartographie collective depuis chez soi pour contribuer aux projets commandités par des organismes locaux, à l’autre bout du monde.

Les sites reposant sur des contributions, comme Wikipédia, sont toujours à la recherche de fact-checkers et écrivains experts ou non. Les amis des animaux peuvent même donner de leur temps en recensant les êtres vivants dans les parcs nationaux depuis leur ordinateur.

 Donner

Une des options de solidarité les plus ancrées reste de soutenir des associations et autres actions via des dons, aussi bien financiers que de matériel. Par ailleurs, les plateformes de don changent : sont apparues des pages de crowfunding (financement participatif) pour financer des projets particuliers, tandis que des applications de don de matériel et autres formes de troc florissent pour répondre à des préoccupations économiques et environnementales.

Alors, inspirés ?

 

Et rendez-vous pour un nouveau café numérique virtuel autour du libre le samedi 12 décembre de 10h à 12h. Plus d’informations en cliquant ici.

Voir aussi

Vous ne savez pas quoi lire ?

Vous ne savez pas quoi lire ?

Les bibliothécaires vous guident dans vos choix de lecture.