Robert Louis Stevenson, de l’Écosse aux Samoa

Robert Louis Stevenson : ce nom résonne comme une invitation au voyage !

Cet écossais né à Édimbourg au milieu du XIXe siècle a marqué de son empreinte la littérature britannique. Atteint très jeune de la tuberculose, il a parcouru le monde pour trouver un climat lui permettant de guérir. Il est mort à seulement à 44 ans sur les îles Samoa en plein milieu de l’océan Pacifique. Ses voyages, comme son pays natal, ont été une inspiration importante de son œuvre.

À la recherche du trésor perdu…

Avec L’île au trésor, Stevenson a réussi le tour de force d’écrire le roman le plus marquant sur la Piraterie. Ce roman est resté celui auquel on pense en premier quand on imagine un écrit sur les pirates. À tel point que Long John Silver l’un des personnages principaux du livre, avec sa jambe coupée et son perroquet sur l’épaule, est devenu l’image archétypale du pirate. À cette époque, ayant encore très peu quitté l’Écosse, Robert Louis s’est inspiré des habitants d’Édimbourg pour créer les personnages du livre : Chien noir, Billy Bones, Pew, Israel Hands ainsi que bien sûr Long John Silver.

C’est en traçant une carte au trésor pour son beau-fils de douze ans que Stevenson a commencé à écrire ce livre. L’histoire d’un jeune garçon trouvant, dans la malle d’un vieil ivrogne mort dans l’auberge de sa mère, la carte d’une Île déserte sur laquelle un trésor a été enterré. Pour le jeune garçon, Jim Hawkins, l’aventure commence…

Double personnalité

L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde est, avec L’île au trésor, l’autre roman qui a fait connaître Stevenson. Roman d’épouvante et d’enquête cette histoire est aussi une œuvre sur le dédoublement de la personnalité, cette dernière thématique étant un phénomène récemment étudié par la médecine à cette époque. Dans ce livre le Dr Jekyll est obsédé par sa double personnalité. Il décide de séparer en lui le bien et le mal à l’aide d’une drogue. Nuits après nuits, le mal prend de plus en plus de place, le transformant en Mr Hyde.

Cette histoire a eu une telle influence dans la culture mondiale, qu’elle en est devenue l’allégorie de la double personnalité du tiraillement entre le bien et le mal chez l’être humain. Vladimir Nabokov, lui, a analysé l’œuvre de Stevenson en utilisant le dedans et le dehors de la Maison Jekyll comme métaphore du privé et du public dans la société victorienne et de la dualité de l’être humain.

Mais L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr. Hyde a aussi influencé la culture populaire notamment celle des comics américains. La création de Marvel, Le Dr Banner et son double violent Hulk est largement inspirée de la création de Stevenson. Allan Moore est même allé plus loin en faisant du Dr Jekyll et de Mr Hyde un personnage à part entière de comics dans la série La ligue des Gentlemen Extraordinaires.

Traversée des Cévennes

Voyage avec un âne dans les Cévennes est un autre récit marquant de l’œuvre de Stevenson. Moins connue, elle n’en est pas moins intéressante à lire, ayant un aspect très documentaire. La principale raison qui a poussé Stevenson à entreprendre ce voyage est une peine de cœur.

Il était amoureux de Fanny Osbourne une américaine de dix ans de plus que lui qui avait déjà des enfants et était en instance de divorce. Celle-ci dut retourner aux États-Unis pour ne pas voir son mari lui couper les vivres, ce qui attrista beaucoup Robert Louis. De son coté, Robert-Louis qui vivait en France grâce aux généreuses subventions de son père se vit intimer l’ordre par celui-ci de rentrer en Écosse.

Devant toutes ces épreuves, il décida de partir pour faire le point sur lui-même. Son choix se porta sur la Haute-Loire et la commune du Monastier sur Gazeille. Étant donné que son père lui avait coupé les vivres, les prix bas de la pension où il s’installa étaient bienvenus.

Mais le choix de Stevenson se fit aussi en fonction de la religion des habitants au sud de la Haute-Loire. En tant qu’écossais, Stevenson était protestant calviniste. Il avait donc la même religion que beaucoup d’habitants des Cévennes.

De plus il voulait découvrir le théâtre de la guerre des camisards qui avait ensanglanté la région après la réédition de l’Édit de Nantes par Louis XIV. Après avoir visité la Haute-Loire dans tous les sens Stevenson partira avec son ânesse Céléstine durant douze jours pour rejoindre Saint-Jean-du-Gard, haut lieu de la guerre des camisards.

Aujourd’hui le tracé de ce voyage est praticable en randonnée. Depuis 1978, c’est le chemin GR70 créé pour les cent ans du voyage de l’auteur.

Mais aussi…

Au-delà de ces trois livres, Rober-Louis Stevenson, c’est aussi d’autres histoires tout aussi passionnantes, comme La Flèche Noire, un roman d’aventures médiéval en pleine guerre civile anglaise. On peut aussi parlé de Enlevé ! ou des Aventures de David Balfour et de sa suite Catriona ou Les Aventures de David Balfour, d’autres romans d’aventures qui ont comme toile de fond la vie dans Highlands au XVIIIe siècle et de guerres Jacobites finissantes.

Retrouvez encore d’autres romans de Robert-Louis Stevenson (et bien d’autres) en accès libre sous format numérique sur le site des médiathèques de Villeurbanne !

Nous vous rappelons que, en attendant la réouverture complète des médiathèques, vous avez toujours la possibilité de vous inscrire gratuitement aux médiathèques de Villeurbanne pour un accès aux ressources numériques en remplissant le formulaire ici.

Voir aussi

La VOD : mode d’emploi

Avec la VOD, faites-vous plaisir quand et où vous voulez, sans rien télécharger, sans plus attendre et profitez de toutes nos infos cinéma !