Confinement : les expériences d’H. Gardner et de R. Crusoé !

L’un est professeur à Harvard, l’autre est le fruit de l’imagination de Daniel Defoe. L’un fêtera ses 77 ans le 11 juillet prochain, l’autre est de plusieurs siècles son aîné ! L’un habite probablement une grande ville des États-Unis, l’autre est perdu sur une île déserte du Pacifique…

 

Qu’ont-ils donc en commun ? Pas grand-chose a priori !

Pourtant, si l’on additionne une idée de l’un avec une idée de l’autre, on obtient les ingrédients nécessaires pour se mouvoir au mieux en cette période si particulière. La véritable épreuve bien sûr, consistera éventuellement à mettre ceci en pratique !

Actuellement, une question est pour beaucoup d’entre nous à l’ordre du jour : Seuls ou avec nos compagnons de confinement, comment structurer son temps et quelles occupations choisir pour prendre du plaisir malgré les circonstances, ou à défaut d’y parvenir, pour se changer un peu les idées ?

Ce deuxième aspect, les occupations, est intimement lié à l’individualité. On voit bien que les penchants d’un individu vis à vis de telle ou telle activité sont variés, que nous n’avons pas tous les mêmes envies. C’est entre autres ce que tente d’expliquer Howard Gardner dans son travail sur les intelligences multiples.

Les intelligences multiples ?

Cette théorie fait apparaître huit intelligences distinctes. Elle consiste à déceler chez soi et chez nos compagnons, les domaines qui individuellement nous intéressent et nous touchent le plus. Cela permet par exemple d’avoir une idée plus claire des activités susceptibles de plaire à un individu ou à un groupe, ou même de repenser une activité déjà pratiquée, de sorte qu’elle s’adapte au mieux à chacun.

Bien entendu, on précipite ici ce qui demanderait un long développement de pensées. Il existe plusieurs ouvrages exhaustifs, dont notamment Les formes de l’intelligence d’Howard Gardner, ou encore À l’école des intelligences multiples de Bruno Hourst (sur la base du travail de H. Gardner). L’ambition de cet article est tout à fait modeste, en ceci qu’elle vise simplement à proposer un avant-goût.

Voici donc les huit intelligences dont il est question. Il faut considérer que quatre d’entre elles prédominent chez chacun d’entre nous, avec des intensités différentes :

  • l’intelligence verbo-linguistique : c’est le plaisir des mots : la lecture, l’écriture, la conversation, l’éloquence. C’est aussi l’intelligence des sonorités.
  • l’intelligence logico-mathématique : c’est la capacité de logique, d’analyse, d’observation, qui va donner à ceux pour lesquels elle est dominante, l’envie de résoudre des problèmes.
  • l’intelligence intrapersonnelle : c’est l’aptitude à faire de l’introspection, à analyser ses sentiments, à se comprendre soi-même.
  • l’intelligence interpersonnelle : également appelée intelligence sociale, elle permet d’interagir avec les autres. Elle prédispose à l’empathie, la coopération, la tolérance et donne la capacité de résoudre des problèmes d’ordre relationnel.
  • l’intelligence visuo-spatiale : elle permet de se faire une représentation spatiale du monde dans son esprit, donnant ainsi la possibilité de créer des œuvres d’art plastique, de penser en images.
  • l’intelligence kinesthésique : elle passe par le plaisir de bouger et de toucher. Elle permet d’utiliser son corps ou une partie de son corps pour communiquer, s’exprimer dans la vie quotidienne ou dans un contexte artistique ou sportif.
  • l’intelligence musico-rythmique : c’est la propension au rythme et à la mélodie. Grâce à elle, on peut reconnaître des modèles musicaux, les mémoriser, les interpréter, en créer, être sensible à la musicalité des mots et des phrases.
  • l’intelligence naturaliste : elle se caractérise par une sensibilité, une curiosité et une connaissance particulière de la nature: des animaux, des végétaux, des minéraux ; de son atmosphère générale. Elle dépend également du « solfège géographique » de chaque individu.

Plus tard, H. Gardner en ajoutera une neuvième, qu’il appellera l’intelligence existentielle.

Il est tout à fait vrai que le contexte du confinement n’est pas spécialement adapté aux intelligences naturaliste, visuo-spatiale et interpersonnelle, qui à première vue nécessitent de sortir de chez soi.

Ça n’empêche qu’il n’est peut-être pas impossible de redoubler d’imagination, pour trouver si besoin quelques bonnes alternatives : un ping-pong sur la table à manger ? Un “vidéoapéro” si votre équipement informatique le permet ? Une danse improvisée sur le canapé ? Un atelier land art à même le parquet ? Des excursions imaginaires grâce aux contes ou aux documentaires animaliers ? C’est vous qui voyez !

Et Robinson, alors ?

On pourrait penser qu’étant confinés, les horaires deviennent plus relatifs et que par conséquent, on peut se laisser aller à nos envies spontanées sans s’en tenir à un emploi du temps préalablement défini; mais cette pensée a ses limites et s’avère en réalité assez subreptice.

Le personnage de Defoe, Robinson Crusoé, rappelle sur son île l’importance de la discipline dans un moment où, libérés des habitudes quotidiennes de la vie telle qu’on la connaissait, il est plus aisé de s’enfermer dans l’ennui, de verser dans l’oisiveté et dans la dépression. C’est d’ailleurs ce qui arrive au personnage au début de son épopée. Rapidement, Robinson se rend compte qu’il doit changer son mode opératoire, c’est à dire s’imposer une certaine discipline, faute de quoi il finirait par payer le prix de son inconstance.

C’est alors, par exemple, qu’on le voit chaque soir à l’heure du dîner, manger seul en costume en face du grand bleu ; sur une table dûment dressée – par ses soins, faut-il le préciser – ornée de chandeliers et couverte d’une nappe de lin blanc.

Ritualiser et segmenter son temps ; bonne manière peut-être aussi “d’en extraire l’or”, pour reprendre la formule qu’emploie Baudelaire dans son poème L’horloge, des Fleurs du mal.

Quelques références bibliographiques

À venir emprunter dès la réouverture des médiathèques, sauf pour les livres numériques disponibles avec votre abonnement aux médiathèques !

Edgar F.

Voir aussi

Soutien scolaire en ligne : mode d’emploi

Pour accéder au soutien scolaire, et à toutes les ressources proposées par Toutapprendre.com, suivez ce pas à pas !