Accueil / Actualités / « Soleil vert » ou pourrait-on en arriver là ?

« Soleil vert » ou pourrait-on en arriver là ?

Samedi 1er février – 15h – projection – Maison du livre, de l’image et du son – entrée libre – dans le cadre de Ne nous emballons pas !

Dans le monde surpeuplé de 2022, les hommes ont épuisé les ressources naturelles et les denrées se sont raréfiées. Seul le « soleil vert », sorte de pastille, parvient à nourrir la population miséreuse. La composition de cet aliment demeure le secret du pouvoir en place.

Comme l’explique, au début du film, Sol Roth, le bibliothécaire incarné par Edward G. Robinson, au flic Thorn, interprété par Charlton Heston : Quand j’étais gosse, la nourriture, c’était de la bouffe. Là-dessus, nos magiciens de la science ont empoisonné l’eau, pollué le sol, détruit les plantes et la vie animale. De mon temps, on trouvait de la viande n’importe où. On achetait des œufs, du vrai beurre. On trouvait de la laitue fraîche à gogo !  Et Sol Roth de poursuivre : « Est-ce que quelqu’un peut vivre dans un climat comme celui-là ? La canicule d’un bout de l’année à l’autre, on se croirait dans un four, on crève à force de transpirer. » Thorn, le policier, découvrira un peu plus tard l’effroyable réalité d’une société devenue inhumaine…

Projection du film Grand Prix du Festival du film fantastique d’Avoriaz 1974, librement inspiré du livre de Harry Harsisson (1966), réalisé par Richard Fleischer, qui proposait au public la perspective d’un monde à venir profondément dénaturé, dans laquelle la notion même de nature ne survivrait plus que comme une légende. Un film d’anticipation pour le public des années 70 qui pourrait bien faire frissonner les spectateurs de 2020…

Rarement aura-t-on vu une dystopie aussi sombre au cinéma. En 1973 l’économie de la Land of Plenty venait de prendre un grand coup derrière la tête avec le choc pétrolier de 1971 et les premières voix d’économistes qui appelaient à la décroissance commencèrent à se faire entendre. Non, les ressources naturelles ne sont pas infinies. Non, la croissance perpétuelle n’est pas possible ; elle est même dangereuse. Et Soleil Vert est le parfait reflet de ces inquiétudes naissantes à l’époque, et ô combien d’actualité maintenant… Lire la suite sur eMaginarock

Voir aussi

« A boire et à manger… Regards »

Samedi 1er février- 111h30 - médiathèque du Tonkin - inauguration de l'exposition