Accueil / Actualités / Echange pirate à paillettes contre princesse borgne

Echange pirate à paillettes contre princesse borgne

« Ils sont où vos livres de filles ? » 
a demandé une maman efficace qui cherchait 2 ou 3 livres à emprunter pour sa fille avant le départ en vacances.

Peut-être, un autre jour, aurait-elle pris le temps de flâner, de laisser ses enfants lui ramener ce qu’ils avaient péché au petit bonheur ou choisi avec attention ? Moins pressée, elle aurait mis plus de forme à sa demande en nous questionnant, par exemple, sur l’emplacement des livres de princesses, « LA catégorie officielle » des  livres de filles.
Car comment décrire cet ensemble d’ouvrages pensés pour les petites ?
Enfants comme adultes sont bien en mal de le faire car de quoi s’agit-il réellement ? :
sur la forme : du rose, des paillettes et de la couleur, des choses qui brillent, des personnages féminins au physique et aux vêtements  très détaillés.
sur le fonds : des histoires de fées et de magie, de vie quotidienne et de sentiments.

Mais quand on conseille des livres à une petite fille ou une adolescente, il est assez facile de l’emmener au-delà de cette catégorie. Si la plupart en lisent avec plaisir, elles ne sont pas dupes, savent très bien qu’on ne peut pas se nourrir que de  bonbons, elles attendent des choses plus consistantes.

Instinctivement,  les jeunes lectrices et lecteurs savent qu’il existe un monde plus vaste. Ils cherchent un livre, ils cherchent une clé vers un ailleurs. Et c’est à ce niveau que les livres conçus pour les petites filles pêchent. Même ce qui semble se dérouler dans un univers qui leur est étranger ne propose souvent qu’un déguisement de la vie quotidienne. Une école de princesse ou l’héroïne doit résoudre des conflits avec des personnages caricaturaux. Des univers clos et sans surprise où les lectrices apprennent à valoriser les vertus qui leurs sont assignées : le pardon, l’attention aux autres, l’obéissance, la confiance et le courage aussi mais pour des combats bien trop petits pour elles.

Qu’attendent-elles ?
Comme tous les lecteurs, une aventure beaucoup trop vaste, trop grande et qui, pourtant, soit la leur. Qu’un mélange d’imprudence et de courage les amène une nuit, en surplomb d’un village, à soigner les sabots de leur cheval fourbu avec leurs dernières paillettes avant d’allumer un feu et de rassembler leurs forces pour le lendemain.

Pour les petits garçons c’est différent, eux sont nés à cheval. Comment rêvasser sur le tapis quand il y a des mondes à découvrir ? Pirates, aventuriers, indiens, toujours en mouvement en fait.
Les bibliothécaires proposent sans difficultés des histoires d’aventures aux petites filles mais est-ce aussi simple de proposer aux petits des histoires qui les reposent de devoir être des garçons dans le moindre interstice de leur temps et de leur imaginaire ?
Las, les garçons se voient conseiller et offrir des histoires par ceux qui les aiment et les entourent mais qui ne leur permettent jamais de s’imaginer autrement qu’en homme.
S’il est valorisant pour une fille d’aller en incursion dans les lectures de garçons, il est presque du domaine de l’impossible pour un garçon d’aller fureter dans les livres de filles. C’est un chemin dégradant. S’ils ont la chance d’avoir une petite ou une grande sœur, ils pourront lire, en secret, de petits livres colorés et pailletés. Mais si le message est bien passé, ils auront appris à mépriser ce qui ne peut être bon que pour leurs sœurs.

Pourtant, il y aurait beaucoup à tirer de ces histoires stéréotypées. Il suffirait juste de ne plus les attribuer à celles et ceux pour qui elles ont été conçues, faire autre chose de ces livres déguisement : donner aux garçons les livres de filles, aux filles les livres de garçons !

A quel endroit se situe le malaise ?
Démasquons-nous, pour voir !

Pour aller plus loin :
– à lire : Beauté fatale de Mona Chollet, Zones, 2012.
– à écouter : Un podcast à soi, n°12, Charlotte Bienaimé, Arte radio, 2018.
– à voir : Jacky au royaume des filles, Riad Sattouf, Pathé, 2014

Voir aussi

# Echappée publique

Samedi 14 décembre - 16h30 - lecture théâtrale - médiathèque du Tonkin