Accueil / Jeune public / Fête du livre jeunesse / Les auteurs invités à Fête du Livre jeunesse 2018 : Il n’y a pas d’exil heureux

Les auteurs invités à Fête du Livre jeunesse 2018 : Il n’y a pas d’exil heureux

Ils et elles s’appellent Nour, Jonas, Nouh ou Arezu… Ils ont chacun une histoire singulière mais un destin commun, celui d’avoir été forcé à quitter un pays, le leur… Ils souffrent de ce qui a été perdu et ignorent ce qui les attend… mais parfois une rencontre a lieu… avec Charlie, Ernest ou Lisa ouvrant une petite fenêtre.

Ils sortent de l’anonymat, d’une foule indistincte sans visages, des chiffres froids, fantasmés ou réels, et deviennent nos frères et sœurs, nos fils et filles… simples humains… grâce à la langue de la littérature, de la poésie ou encore du documentaire.

 

Le petit prince de Calais de Pascal TeuladeC’est le cas de Jonas, héros du livre Le petit prince de Calais de Pascal Teulade.
Jonas a quitté l’Erythrée, poussé par les siens qui craignent pour sa sécurité. En effet, Jonas devait rejoindre l’armée… Mais l’armée, en Érythrée, c’est pire qu’une prison.
A quinze ans, il a déjà vécu horreurs et épreuves à travers un long voyage à bord de camions, caché, affamé, apeuré… Une fois à Calais, la situation ne s’améliore pas. Il fait froid, il pleut, on lui vole son argent, ses chaussures prennent l’eau et il ne mange pas souvent à sa faim.  Pour fuir le camp, il se construit une petite cabane de fortune dans les dunes en attendant de trouver le moyen de passer en Angleterre…

Il va croiser un groupe d’adolescents démuni face à la question du comment aider… l’auteur a écrit cette histoire après avoir effectué un séjour dans la jungle de Calais pour Médecins du monde.

 

Et j’irai loin, bien loin de Christophe LéonErnest, dans Et j’irai loin, bien loin de Christophe Léon, est un adolescent un peu mal dans ses baskets, encombrés par des parents ordinaires. Comme chaque été, la famille rejoint la maison de vacances dans le Nord de la France… Mais cette année, la vie de cette famille va basculer. Derrière la porte, se trouvent Arezu et son père. L’homme est malade, très affaibli. Sa fille a dû interrompre la longue fuite qui les menait de Kaboul à Calais pour reprendre des forces dans cette maison qu’il croyait vide. Jusque-là, pour Ernest et ses parents, les migrants faisaient partie des sujets évoqués aux infos, des histoires lointaines, souvent émouvantes, parfois menaçantes, comme venues d’une autre planète.

Mais face au réel, les lignes vont bouger et tout naturellement s’imposera l’évidence : les aider.

 

La Reine des coquillages de Yves-Marie ClémentUne autre rencontre tout à fait inattendue est celle de Charlie et de Nour dans La Reine des coquillages de Yves-Marie Clément.
Charlie est un petit bonhomme pas tout à fait comme les autres… Il rêve beaucoup, réfléchit trop et est sensible à bien des choses… Une de ses passions : ramasser des coquillages… Un jour, il va tomber sur un sac plastique jaune et y trouve le journal de Nour, un enfant syrien…qui raconte son exil, fuyant un pays en guerre…

Une histoire de migration et de différence racontée à hauteur d’enfant d’une grande délicatesse.

 

Lisa et Nouh de Catherine MacéCette amitié qui elle, se passe dans la vie réelle, dans le quotidien… est celle de Lisa et Nouh, roman du même nom de Catherine Macé. Un jour, à la sortie des classes, Nouh est emmenée avec toute sa famille par la police, car ils n’ont pas « les papiers nécessaires ». Lisa, sa meilleure amie, pose des questions, voit les adultes se taire ou se cacher pour pleurer et même parfois se disputer… et attend que son amie revienne. Nouh en parallèle nous raconte son quotidien dans ce centre avec des grillages autour et des policiers dedans…

Ces deux récits en parallèle parlent de l’absurdité du monde et des questions d’enfants face auxquels on détourne la tête.

 

Mon papa roulait des R Judith GueyffierMon papa roulait des R illustré par Judith Gueyffier est un album qui est une ode à la figure d’un père aimant et aimé.  » Mon papa roulait les R mais je ne m’en rendais pas compte. Mon papa aimait le ciorba et les miteteï et ça sentait bon dans toute la maison.  »
On évoque le vécu intime de l’immigration vu avec le recul de la petite fille devenu grande : ses mots d’ailleurs, ses senteurs à nul autre pareil, la voix des grands-parents dans le gros téléphone noir et les paquets envoyés par la Poste…

C’est doux, sucré avec un peu du sel des larmes de la nostalgie et du déracinement.

 

 Planète migrants de Sophie LamoureuxDans tout autre domaine, Sophie Lamoureux, nous apporte un éclairage documentaire dans son ouvrage Planète migrants.  Aujourd’hui, on estime qu’un humain sur trente a quitté son pays de naissance pour des raisons économiques, politiques, climatiques… Il n’existe plus un endroit sur Terre qui ne soit pas concerné. Ces mouvements de population suscitent de nombreux débats dans les pays d’accueil comme la France. Mais pour débattre, encore faut-il maîtriser vocabulaire, informations fiables et vision historique…

Cet ouvrage est un précieux support à tout échange autour d’une question de société forte.

 

Mon pays en partage illustré par Sandra Poirot ChérifFinissons en poésie avec ce recueil Mon pays en partage illustré par Sandra Poirot Chérif.
Comment parler de poésie, le mieux est peut-être de partager un poème du recueil : » Géographie ? Des hommes,/ des femmes aussi, /et leurs enfants,/ encordés,/ encadrés,/ encagés même/ par de méridiens,/ veulent s’évader,/ veulent un peu plus de longitude/ et de latitude pour leur vie.  »

 » Où est la limite ? Et où et quand le Sud des uns devient le Nord des autres ?  » (Yves Pinguilly).

Venez rencontrer les auteurs en dédicace  lors de la 19e Fête du Livre jeunesse de Villeurbanne  les 24 et 25 mars 2018.

Check Also

Retour en vidéos sur la Fête du Livre Jeunesse

Retrouvez toutes les vidéos réalisées par les bibliothécaires des Médiathèques de Villeurbanne autour de la sélection de cette 19e édition de la Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne !