Accueil / A découvrir / La Belle Sauvage : les mondes de Philip Pullman n’ont pas fini de livrer leurs mystères…

La Belle Sauvage : les mondes de Philip Pullman n’ont pas fini de livrer leurs mystères…

Ni suite, ni préquel, ce nouveau cycle explorera le passé et le futur de l’inoubliable héroïne Lyra Belacqua, découverte dans le premier volume de la série A la croisée des mondes.

Le nouvel opus, La Belle Sauvage, paru en 2017, est le récit d’une odyssée fantasmagorique sur les eaux déchaînées de la Tamise, situé chronologiquement avant Les royaumes du Nord. Deux nouveaux personnages d’enfants, malicieux et courageux, aident Lyra, encore bébé, à fuir les dangers qui la menacent déjà.

Mélange subtil de fantasy, fantastique, science-fiction, aventure, l’épopée encore inachevée de Philip Pullman mérite le titre de nouveau classique de la littérature jeunesse. Ados et adultes l’ont plébiscitée dans le monde entier. Elle passionnera également les lecteurs plus jeunes familiers de l’univers d’un certain Harry ! Les 3 premiers volumes ,  Les royaumes du Nord, La tour des Anges et Le miroir d’ambre, sont parus entre 1995 et 2000. Deux courts récits indépendants y font écho,  Lyra et les oiseaux et  Il était une fois dans le Nord .

Il est conseillé de lire dans l’ordre de parution. Cependant, les lecteurs novices peuvent commencer par La Belle Sauvage, et lire ensuite la trilogie  A la croisée des mondes. Les tomes 2 et 3 de La trilogie de la Poussière se situeront dans le futur des personnages, dix ans après la fin du roman Le Miroir d’Ambre.

On s’attend à de nouvelles révélations concernant la Poussière, mystérieuse particule invisible à l’œil nu, et personnage le plus énigmatique de la série. Elle semble incarner l’hypothèse scientifique selon laquelle l’univers serait majoritairement composé d’une matière invisible, appelée matière noire.

Philip Pullman utilise les symboles, la magie, la poésie, les codes de la fantasy, puise dans les grands mythes. Il pose des questions métaphysiques, philosophiques, propose une réflexion sur la nature humaine et sa relation avec l’univers. Il raconte le passage de l’enfance à l’adolescence puis à l’âge adulte, la perte de l’innocence et l’accès à la connaissance par l’expérience. Il exprime la profondeur, la complexité, l’ambiguïté des êtres. Il dénonce le totalitarisme, l’intégrisme religieux, défend la liberté de penser, s’appuie sur la science pour nous convaincre de l’existence de mondes parallèles.

L’univers singulier, l’imaginaire puissant, la stature des personnages, la quête initiatique, les inventions littéraires comme les daemons, manifestations physiques de l’âme sous des formes animales, tout contribue à créer une œuvre atypique !

Philip Pullman, grand conteur nourri par les histoires de Tolkien, Homère, Dickens, Blake, Swift, s’est inspiré d’un poème du XVIe siècle de John Milton, Le Paradis perdu

Check Also

Tour du monde de l’apéro

Enfin les beaux-jours ! On flâne, on prend du temps pour sa famille, pour soi,  pour …