Accueil / A découvrir / Coups de coeur adulte / A la découverte de la musique cap-verdienne

A la découverte de la musique cap-verdienne

C’est un petit pays qui ne peut laisser personne indifférent : le Cap-Vert est une terre de musique et de métissage, une terre d’exil et de brassage où le chant et les mélodies nourrissent les âmes.

Métissée d’influences portugaises, africaines et de rythmes brésiliens, la musique cap-verdienne flotte un peu sur toutes les îles de cet état insulaire. Le violon, la guitare, le saxophone, les percussions sont les principaux instruments qui accompagnent les textes poétiques des chansons populaires. Mais quand on parle de musique du Cap Vert, le premier nom qui vient à l’esprit c’est celui de la chanteuse aux pieds nus, Cesaria Evora, disparue en décembre 2011. Chanteuse africaine la plus écoutée de la planète, elle s’est fait l’interprète de la Morna, une musique emblématique du Cap Vert qui évoque la nostalgie de l’exil et l’enfermement des personnes qui restent dans l’archipel.

Sur les traces de la diva qui a ouvert la voie à une génération d’artistes, la musique capverdienne ne cesse de surprendre tant par sa grande variété de styles musicaux que par cet irrépressible soif d’ouverture musicale. Nous vous proposons donc de partir à la découverte d’ autres étoiles de la galaxie cap-verdienne sans pour autant prétendre à l’exhaustivité.

Le jazz langoureux de la diva Carmen Souza

Découvrir Carmen Souza, c’est d’abord découvrir une voix, à la fois fondante, nasillarde et provocante. En quelques années, Carmen Souza est devenue une référence de la musique du Cap Vert. Son 4ème album Kachupada sortie en France en 2012 est un disque sensuel et solaire oscillant entre jazz et musiques du monde.

La world pop cosmopolite de Mayra Andrade

La musique de Mayra Andrade est tout aussi virtuose et pétillante. La chanteuse cap-verdienne porte le flambeau de « la Morna » du cap-vert laissé par le départ de Cesaria Evora. Pourtant son 4ème album Lovely Difficult (2013) est davantage une musique pop gracieuse puisée dans les contrées britanniques, brésiliennes et caribéennes. Un métissage sensuel et coloré qui fait incontestablement vibré.

Le reggae roots militant de Mo’ Kalamity

Mo’Kalamity est une chanteuse française originaire du Cap-Vert. Sa musique est empreinte d’influences éclectiques. Les rythmes capverdiens ne sont jamais bien loin, mais c’est le reggae qu’elle a choisi pour son groove et pour exprimer les thèmes qui lui sont chers. Son 3ème album Freedom of the Soul (2013) donne vie à une musique engagée et profonde, portée par une des plus belle voix du reggae féminin.

Le Cap Vert solaire de Mariana Ramos

A l’image de la diva aux pieds nus, Mariana Ramos, née au Sénégal mais qui a grandi dans l’archipel, prodigue l’humilité et l’amour qu’elle voue à son petit pays. Et si elle vit aujourd’hui en France, elle semble plus que jamais vénérer son pays natal et la musique qui en émane. Avec sa voix chaude et profonde, Mariana Ramos perpétue la tradition de la Morna, cette invitation à la joie typique des îles du Cap-Vert. Une musique traditionnelle à laquelle est entièrement consacré son dernier album Quinta (2016). Composé de treize titres, cet album convoque l’âme capverdienne avec une gorgé d’énergie et de sensualité qu’on n’est pas prêt d’oublier.

Elida Almeida, révélation de la scène World

Sur la dynamique de son premier album (Ora doci Ora margosMoments doux Moments amers) qui lui avait permi d’être récompensée par le Prix Découvertes RFI en 2015, la chanteuse cap-verdienne Elida Almedia est la nouvelle pépite musicale du Cap Vert.  Dans un style qui lui est propre, davantage influencée par le funana et le batuque que par le morna,  la jeune chanteuse propose une musique lumineuse et rythmée, portée par la sincérité d’une voix suave et puissante. Une voix joyeuse, encore juvénile, qui chante le blues d’une vie déjà difficile. On cède forcément.

Neuza, nouvelle étoile de la galaxie cap-verdienne

On succombe enfin à la voix chaude et renversante de Neuza. A l’instar de ses consœurs, elle ensoleille de sa voix les rythmes et la langue de l’archipel, qu’elle unit et mixe à d’autres influences. Révélée par un 1er album, Flor Di Bila (2014) est simplement solaire et lumineux.

 

Check Also

Coup de coeur polar : Récidive

Une écriture efficace, de multiples rebondissements, un suspense savamment distillé…Ames sensibles s’abstenir…