Home / A découvrir / Les meilleurs polars de tous les temps

Les meilleurs polars de tous les temps

La médiathèque du Tonkin enrichit et peaufine le fonds de ses classiques avec une sélection de polars qui avec le temps sont devenues des références dans la mappemonde du noir. Cet enrichissement est une bonne occasion de faire écho au festival Quais du Polar qui sous peu démarre.

Qui sont les maîtres invétérés du crime et du roman noir ? Quoi pour réussir à vous faire frémir de peurs et d’angoisses ? Quels romans policiers vous ont le plus profondément marqués parmi les poids lourds du noir aux écrivains les plus confidentiels ? Nous vous proposons notre classement des thrillers les plus excellents de tous les temps : non exhaustif et complètement subjectif mais qui n’est pas sans apporter son lot de découvertes pour certains et de surprises pour d’autres.

Le Faucon Maltais de Dashiell Hammett (1930)
Ce roman a pour héros Sam Spade, le précurseur de tous les détectives privés, le type taiseux, toujours la clope au bec, sanglé dans son imper’. Un macho cynique et séducteur, qui ne croit en rien mais qui décide d’élucider le meurtre de son associé, tout ça à cause d’une mystérieuse statue noire, de femmes fatales et de gangsters violents. Un suspense incroyable qui n’en reste pas moins un chef d’œuvre du roman noir.

Le Grand Sommeil de Raymond Chandler (1939)
Dans une ville californienne des années 40, gangrenée par la criminalité absolue et les coups tordus, Philippe Marlowe, un détective privé, se voit confier une enquête qui de rebondissement en rebondissement, entraine le lecteur au cœur d’une intrigue dont chaque page est un régal.

De sang-froid : récit véridique d’un meurtre multiple et de ses conséquences de Truman Capote (1965)
Un fait divers sordide s’est déroulé en 1959 dans le Kansas : le meurtre de quatre membres d’une même famille, froidement assassinés par deux truands sans mobile apparent. Mis en valeur par la magnifique écriture de Truman Capote, cette plongée glaçante dans l’effroi et la psychologie torturée des meurtriers, ne vous laissera pas de marbre.

La position du tireur couché de Jean-Patrick Manchette (1981)
Martin Terrier est un tueur à gages qui décide de raccrocher. Mais rien ne se passera comme prévu et on va assister pour notre plus grand plaisir de lecteur, à la dérive d’un homme broyé par le système. Avec son style aride et sanglant, hyper-objectif et saturé d’ultra-violence, Manchette inaugure la littérature noire moderne.

Le dahlia noir de James Ellroy (1987)
Le roman mêle un fait divers réel, la mort d’une jeune femme, rapidement surnommée le dahlia noir, à une fiction romanesque avec le destin de  « Bucky » et « Lee », deux flics du LAPD qui enquêtent sur ce crime. Polar hors norme et sans demi-mesure, « Le dahlia noir » plonge le lecteur la tête la première dans les bas-fonds de la cité des anges, gangrénés par la pègre, le racisme, la prostitution et la violence. Un roman incisif et brillant au suspense prenant.

Le Silence des Agneaux de Thomas Harris (1988)
En introduisant au monde Hannibal Lecter, psychiatre brillant et psychopathe cannibale, Thomas Harris a définitivement réalisé un coup de maître. En créant le tueur le plus ignoble, le plus méchant et le plus manipulateur de tous les temps, il nous offre bien plus qu’un simple thriller. Il est impossible de lâcher cette enquête sinueuse difficile à résumer mais indispensable à lire pour les estomacs non fragiles.

L’Aliéniste de Caleb Carr (1994)
Caleb Carr mélange tout ce qu’il y a de plus croustillant pour un polar : disparitions, meurtres, prostitutions, mineurs, psychopathe dérangé, mais surtout des personnages hauts en couleur qui usent de toutes les avancées scientifiques et psychologiques nécessaires pour mener à bien leur enquête. C’est si captivant qu’on a l’impression de collaborer activement à cette enquête haletante, d’être sur les traces du coupable, sorte de Jack l’éventreur effroyable.

Shutter Island de Dennis Lehane (2003)
Dans la même configuration conjuguant habilement thriller psychologique et roman policier historique, « Shutter Island » est un véritable coup d’éclat. Embarquez avec Teddy Daniels et Chuck Aule, deux marshals sur l’île de Shutter Island. Une île où se trouve un hôpital psychiatrique réputé pour accueillir les pires pensionnaires : les détraqués mentaux meurtriers…

La Griffe du chien de Don Winslow (2005).
Don Winslow mêle fiction et réalité avec une fulgurance rare. Une plongée vertigineuse dans l’univers de la drogue, une écriture fluide au service d’une construction diabolique avec des personnages extraordinaires plus vrais que nature.

Les apparences de Gillian Flynn (2012)
Ici une banale histoire d’amour bascule dans le drame lorsque l’un des deux conjoints disparait. Inutile d’en dire plus sous peine d’en dire trop et d’enrayer la mécanique de précision de ce roman psychologique terriblement subtil.

Une mort qui en vaut la peine de Donald Ray Pollock (2017)
Il est impossible de résumer ce livre grinçant tant il fourmille de personnages et d’intrigues entremêlées. Ce qui est sûr, c’est qu’on se régale de la première à la dernière ligne ! Ce roman baroque sombre et violent, est traversé de personnages affreux, sales et méchants. Un pur régal tout simplement.

Check Also

L’art codifié des kimonos

Un regard porté sur l’art codifié des kimonos