Home / Jeune public / Fête du livre jeunesse / Les auteurs invités à la Fête du Livre jeunesse 2017 : les enfants prennent la parole

Les auteurs invités à la Fête du Livre jeunesse 2017 : les enfants prennent la parole

Pendant la prochaine Fête du livre jeunesse, « On va se faire entendre » : et quand petits et grand tracas les tourmentent, les enfants prennent la parole !

A tout âge ses soucis, mais on a tous connu la peur… de la première rentrée des classes (si, si souvenez-vous).

Fleur Oury nous dépeint tout en délicatesse les appréhensions de l’enfant lors du  Premier matin. Fondus dans un paysage dense, Petit Ours et Grand Ours, complices, prennent vie sous les feutres colorés de l’artiste. Grand Ours rassure son petit. L’école, ce sera l’endroit où il va apprendre à peindre, à jouer, à lire, et à grandir…Un premier album tout en douceur, mais d’une grande force graphique.

Elodie Perrotin et Benjamin Chaud eux nous racontent combien il est difficile

de se lier avec les autres. Timide, très timide, le personnage d’Elodie Perrotin essaye de se rendre invisible pour ne pas être interrogé, rougit comme une pivoine dès qu’on prononce son nom et admire tous ces grands un peu exubérants, qui n’ont pas l’air de se soucier plus que ça du regard des autres. Un beau récit et finalement un hommage à la timidité, pour dédramatiser et accepter ce sentiment.

Le jeune héros de Benjamin Chaud a lui plutôt des problèmes de … maladresse. Parti pour bien s’amuser, il se rend avec son fantaisiste lapin-bélier à l’anniversaire de Julie. Mais quelle n’est pas sa surprise quand il se rend compte qu’il est le seul à être déguisé ! « C’est Le pire anniversaire de ma vie!« 

Un album touchant et drôle qui nous prouve qu’on n’est jamais plus apprécié qu’en étant soi-même.

s

Le mensonge de Frédérique Bertrand illustre par contre à merveille à quel point un mensonge peut être envahissant !
Un jour à table une enfant laisse échapper un mensonge. Aussitôt un petit point rouge apparaît à côté d’elle. Avec le temps, il grandit, grandit, se démultiplie et l’accompagne dans chacun de ses mouvements. Omniprésent, il la paralyse et la petite fille ne sait plus comment se débarrasser de cet embarrassant mensonge, sans se dégonfler !

Au collège, les soucis ne s’allègent pas, bien au contraire.

Dans Comment j’ai survécu à la sixième, Marion Achard nous livre enfin la troisième aventure de son héroïne Taloula. Dans son nouveau collège, les profs sont nuls, son emploi du temps est nul et Adèle, sa meilleure amie, n’est plus dans sa classe. Pire, on la place d’office à côté d’un garçon qui tente de copier sur elle. L’année risque d’être longue, mais nous, nous nous régalerons des confidences désopilantes de Taloula à son journal intime.
De son côté, Clara désespère de n’être qu’une parmi la masse.  Elle se cherche, voudrait être populaire, et ne plus avoir l’impression d’être transparente.
Mais comment s’y prendre ? Comment se distinguer ? Faut-il forcément aimer ce qui est populaire et à la mode ?

Nul doute qu’en lisant Banale de Fanny Chiarello, vous apprécierez l’humour avec lequel elle traite ce passage de l’adolescence durant lequel on ne sait pas vraiment qui on est.
Parfois, on n’a pas les mots, on n’a carrément pas droit à la parole, et on en a gros sur la patate.

Hannah et sa famille viennent d’emménager dans un immeuble tout neuf, très haut, très beau. Mais cet immeuble est aussi très bizarre. Il tremble, et certaines fois même, il projette plein de choses par les fenêtres, des meubles, des objets. C’est la panique parmi les voisins, qui n’aiment vraiment pas cet immeuble dangereux. Pourquoi ces bruits et ces tremblements permanents ? Hannah va se mettre à l’écoute de l’immeuble étrange…L’immeuble qui avait le vertige. Une très belle fable poétique, pleine de fantaisie de Coline Pierré.

En 2017, définitivement, On va se faire entendre ! Venez rencontrer les auteurs en dédicace lors de la 18ème Fête du Livre jeunesse du 8 et 9 avril 2017.

Check Also

Le quizz de l’été #2

Répondez aux différentes questions et découvrez quel geek êtes-vous ?