Accueil / e-médiathèques / Conférences & spectacles / Retour sur la lecture « La Fin de l’homme rouge » de Svetlana Alexievitch

Retour sur la lecture « La Fin de l’homme rouge » de Svetlana Alexievitch

Merci aux étudiants de l’École Nationale de Musique, Danse et Art Dramatique de Villeurbanne (ENM) pour leur interprétation émouvante du samedi 28 janvier au cours de laquelle nous avons découvert les textes de la dissidente Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature 2015.

La fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement de Svetlana Alexievitch, dans la traduction de Sophie Benech et Michèle Kahn (Actes Sud).

C’était une lecture en partenariat avec le Théâtre de l’Iris en résonance avec la pièce « Les enivrés » d’Ivan Viripaev à l’affiche actuellement.

Voici la distribution pour la lecture :

  • Juliette Charré & Stéphane Rotenberg (lecteurs)
  • Mathieu Schmaltz (violon)
  • Caroline Boisson (direction artistique)
  • Dougal Kemp (composition musicale)

Journaliste et dissidente soviétique, puis biélorusse, Svetlana Alexievitch obtient la reconnaissance mondiale en 2015 avec le prix Nobel de littérature pour « son œuvre polyphonique, mémorial de la souffrance et du courage à notre époque ».

Elle a reçu des prix prestigieux pour son roman La Supplication – Tchernobyl, chronique du monde après l’apocalypse » (1997).

Elle est aussi l’auteur de Cercueils de Zinc (1990), qui recueille des témoignages de soviétiques ayant participé à la guerre Russo-afghane, et de « La guerre n’a pas un visage de femme » (1985), ce dernier ouvrage retraçant par des interviews le récit de femmes soldats de l’Armée rouge durant la Seconde Guerre mondiale.

La fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement rapporte de façon directe et neutre les témoignages désabusés d’ex-Soviétiques sur les changements sociaux brutaux qu’ils ont subis avec la fin de l’URSS. Dans ce magnifique requiem, l’auteur réinvente une forme littéraire polyphonique singulière, qui fait résonner les voix de centaines de témoins brisés. Des humiliés et des offensés, des gens bien, d’autres moins bien, des mères déportées avec leurs enfants, des staliniens impénitents malgré le Goulag, des enthousiastes de la perestroïka ahuris devant le capitalisme triomphant et, aujourd’hui, des citoyens résistant à l’instauration de nouvelles dictatures.

Consultez notre sélection de documents sur la Russie contemporaine.

 

Check Also

A voir les enfants ! Oui ! Mais quoi ?

La Maison du livre, de l’image et du son propose aux enfants de retrouver un mercredi par mois, de 14h30 à 16h30, la séance de ciné-jeux-goûters programmée par la Vidéothèque, qui invite les enfants à partager des films et à parler de cinéma !