Home / A découvrir / Coups de coeur adulte / Chasse et poursuite rapide : décryptage d’un genre productif

Chasse et poursuite rapide : décryptage d’un genre productif

La chasse à l’homme est un thème récurrent très utilisé dans la littérature et au cinéma et n’a pas fini d’alimenter l’imaginaire des auteurs/réalisateur.  Bien souvent il s’agit d’une traque effrénée d’un suspect qui s’est échappé, ou d’une victime en quête de sécurité. Généralement l’action est riche en péripéties et en rebondissements pour le plus grand plaisir du lecteur/spectateur.

msc-photodesignrunningman

Au cinéma, avec le film de course-poursuite notamment en voiture, jusqu’au survival moderne des années 2000, la représentation cinématographique de la chasse à l’homme a traversé tous les genres possibles, du burlesque au film d’action en passant par le film d’horreur ou le film d’auteur.

L’une des plus fameuses courses-poursuites à pied est celle de Frigo déménageur (Cops) de Buster Keaton et Eddie Cline en 1922. Par ailleurs, Bullitt (Peter Yates, 1968) est considéré comme la première course-poursuite moderne réalisée pour le grand écran. Dans ce film à cent à l’heure, les caméras sont disposées à l’intérieur des voitures, ce qui permet de placer le spectateur au cœur de l’action. Steve McQueen, l’acteur principal du film peut être vu au volant même dans les moments les plus intenses. La traque est également récurrente dans les films dits de  «thriller », à l’instar dA History of Violence de David Cronenberg (2005),  dans les films d’auteur comme le fabuleux Badlands de Terrence Malick (1974) qui suit les péripéties d’un couple tueur en cavale. Dans une dimension plus ludique et familiale, on peut retenir l’excellent film de Steven Spielber « Arrête-moi si tu peux » (2002), soit une édifiante course poursuite entre un mystificateur de génie et un agent du FBI. Pour aller plus loin, vous pouvez consulter la sélection suivante en cliquant ici.

l-ame-du-chasseur-deon-meyer-12021560
©seuil

Dans la littérature, la chasse à l’homme n’est pas un thème qui se conjugue aisément avec tous les genres romanesques. Hormis des exceptions significatives comme La femme au carnet rouge, très belle comédie romantique d’Antoine Laurain, c’est le roman à suspense qui prévaut. Appelé également thriller ou roman de la victime, le roman à suspense  privilégie en effet le récit d’une poursuite, d’une traque dont l’origine n’est pas impérativement un crime. Les descriptions y sont nombreuses, les sensations souvent très fortes et la tension palpable monte généralement crescendo n’épargnant pas le lecteur. Les exemples du chasseur en quête d’une proie sont pléthores et couramment appliqués de sorte que les exemples ne manquent pas. Pour aller à l’essentiel, trois livres se démarquent, incarnant magistralement cette notion de poursuite.

Chiens de sang de Karine giebel un thriller haletant qui met en scène une cruelle chasse à l’homme par un personnage surnommé le Lord. Diane, une photographe en reportage au cœur de la Lozère est témoin d’un de ces meurtres. Repérée par les assassins, elle va devoir courir, vite et toujours plus loin pour fuir la mort qui plane au-dessus d’elle.

Tout aussi prenant et captivant, Anima, magistral roman de Wajdi Mouawad. Après avoir découvert sa femme  assassinée et violée, Waach se lance impulsivement sur les traces du tueur poussé par une nécessité intérieure qu’il ne comprend pas forcément. De cette poursuite du monstre, les animaux sauvages ou domestiques sont les témoins, ils se relaient pour prendre en charge la narration. Un roman totémique qui une fois refermé ne cesse de vous poursuit.

Plus classique dans sa facture, l’âme du chasseur de Deon Meyer n’en demeure pas moins un polar littéraire exceptionnel. Le héros, un afrikaner d’origine Xhosa, ex-tueur à gages, en voulant rendre service à un vieil ami se retrouve à traverser l’Afrique du Sud à moto, traqué au sens propre comme au sens figuré par les démons passé. Palpitant.

 

Check Also

Sages Comme Des Sauvages + Lookatmekid

Venez découvrir un subtil mélange entre les chansons de très loin et de très près du groupe Sages Comme Des Sauvages et les réalisations rebondissant entre chorégraphie, vidéo et performance du collectif Lookatmekid