Accueil / A découvrir / Coup de coeur BD : Les beaux étés

Coup de coeur BD : Les beaux étés

51wO8UcAPyLLes Beaux étés c’est la belle et simple histoire de Pierre, Mado et leurs quatre enfants, qui partent en vacances dans le sud de la France au volant de leur Renault 4L durant l’été 1973, l’année où La maladie d’amour de Sardou était numéro 1 sur toutes les radios. Mais avant de pouvoir partir, toute la famille est obligée d’attendre que le père, dessinateur de BD, ait fini l’épisode de « Papa Clown » que son éditeur attend avec impatience. Au bout de trois jours, Pierre a enfin fini ses planches et toute la famille s’entasse dans la 4L pour partir. Comme chaque année, ils s’arrêtent à la même étape pique-nique, un joli petit endroit près de l’eau, qu’ils parviennent à récupérer en chassant des Hollandais qui leur avaient piqué « leur » coin, ils chantent du Joe Dassin à tue-tête…Bref, en apparence, tout va bien pour Pierre et Mado, qui s’apprêtent à vivre un joli mois de repos.

Mais comme chacun le sait, la vie est faite de joies et de peines. On comprend donc vite que tout n’est pas si rose: une sombre histoire de séparation plane sur le couple, tandis que le frère de Pierre, à qui il téléphone régulièrement sur la route, est sur le point de perdre sa femme atteinte d’un cancer. Et puis ce n’est pas de tout repos d’élever quatre enfants: les deux sœurs aînées se disputent tout le temps, alors que leur frère Louis est obsédé par Tchouki, son ami imaginaire. Exténuée par toutes ces tensions, Mado finit par craquer… Leurs vacances tant attendues vont-elles s’achever avant même d’avoir vraiment commencé?

Zidrou et Jordi Lafebre ont réussi avec Les Beaux étés à créer un univers léger et lumineux. On se sent bien à la lecture de cette BD. Avant tout parce qu’on parvient sans peine à s’identifier aux personnages, dont on partage les joies et les peines, entassés dans leur 4L. Les Beaux étés parlera surtout à ceux qui ont connu les départs en vacances dans les années 70/80. Ceux qui retrouveront avec nostalgie l’époque où il n’y avait ni tablettes ni Smartphones dans les voitures, et où il fallait tuer le temps en essayant de repérer les voitures jaunes, ou celles de telles ou telles marques en faisant signe aux autres automobilistes ou en reprenant à tue-tête les chansons qui passaient à la radio. C’est clair : il y a de la nostalgie dans ces Beaux étés, qui rappelleront à beaucoup leurs vacances d’antan. Mais il y a aussi et surtout beaucoup de joie.

Check Also

Rendez-vous BD

Le rendez-vous BD des lecteurs du Rize est de retour ! Nouvelle formule, nouvel horaire, nouvelles envies…